Australia: Feminist Coalition calls for halt to State Govts (read *pimps*) legalising prostitution Print E-mail
Asia Pacific ~ October 17, 2011

Call for prostitution in Australia to be totally illegal

[Scroll down to read the French translation, courtesy of, and with our sincere thanks to, Martin Dufresne in Montreal]

A group called the Coalition Against Trafficking in Women in Australia says moves to tighten laws in the state of Victoria don't go far enough and they're calling for the purchase of sexual services to be made illegal.

A series of media reports done jointly by the ABC and Fairfax newspapers last week described links between legal brothels in Victoria and small numbers of trafficked women.

Legislation was proposed at state Parliament seeking to overhaul the regulation of the sex industry and give the police the oversight role, rather than the government department of Consumer Affairs.

But the Coalition Against Trafficking in Women in Australia says the proposed law represents merely "cosmetic" changes.

Presenter:
Liam Cochrane
Speaker: Professor Sheila Jeffreys, founder of the Coalition Against Trafficking in Women in Australia

TRANSCRIPT:

JEFFREYS: We would like to see legislation that would move towards ending the abuse of women that is prostitution. What we would ideally like to see is what's called the Nordic model, which penalises male buyers. This is very successful in Sweden, it's been adopted by Norway and Iceland and what it does is it reduces trafficking to almost nothing, because traffickers don't want to take women into a situation where it's impossible to operate. It really very seriously reduces prostitution, street prostitution pretty much disappears, so it's very effective and it also enables the building up of a public opinion against that activity by men, which will eventually lead to the ending of that industry altogether.

COCHRANE: Is there the risk though that making the purchase of sex illegal might drive prostitution underground and further away from any kind of regulation?

JEFFREYS: This is a bit of a laugh really, because wherever prostitution is legalised, the illegal industry is much larger than the legal industry, so there's always a much bigger so-called underground industry. Also any of harms of prostitution, particularly the traffic in women operates through the legal brothels, so really that argument simply doesn't comply with the facts.

COCHRANE: There's been some debate about the extent of trafficking within Australia's sex industry, whether it's legal or illegal. How widespread do you think human trafficking for sexual exploitation is in Australia?

JEFFREYS: Some agencies, like Scarlet Alliance, say that there's very little trafficking, because they have an extremely narrow definition, which is that the women have to be obviously forced and obvious violence has to be done against them and they downplay the significance of what's going on. There is considerable force and violence, but there's also women being trafficked into debt bondage, who know where they're going and for instance, Scarlet Alliance says that if the women know they're going to end up in prostitution, it's not trafficking. Simply not true. If you look at web sites that advertise this its Melbourne brothels, you will see the buyers talking about the Asian women they use. They say they don't have good English, that they look very reluctant and they talk about the Korean pimp shouting at some women in the brothel. We know those women didn't get here of their own accord. They may have known they were going into prostitution, but somebody trafficked them here and then put them in debt bondage, in other words having paid a small amount for their air fare, then tells them that they owe $40,000 or $50,000 and they have to pay that by being sexually used. That is according to the United Nations, a modern form of slavery, so they're held in slavery in these brothels. It's nothing to do with choice, it's nothing to do with whether they know they'll be in prostitution at this end, but it's in the interests of sex work organisations and governments of pimp states who want to keep offering prostitution to men to downplay the existence of trafficking. In fact, trafficking is hidden in plain sight, lots of web sites, lots of places where buyers talk to each. It's very obvious that trafficking is going on.

COCHRANE: Sheila Jeffreys, you mentioned the Scarlet Alliance and we had them on the show last week. We spoke to Elena Jeffreys, the President of Scarlet Alliance, speaking about the moves before the state parliament in Victoria, to increase police powers and to tighten regulation in the sex industry. Let's just hear a little bit of what she had to say to us last week.

SHEILA JEFFREYS: We think it's an absolute abomination that groups that call themselves feminist groups in Victoria have been supporting this move. We think it's terrible that the committee in Victoria made this conclusion and recommendation and it's just playing straight into the hands of corruption.

COCHRANE: Your organisation describes itself as a feminist organisation. It's an all women organisation. How do you respond to that claim that it's an abomination for feminist groups?

SHEILA JEFFREYS: There's very serious problems with the sex work amendment bill. For a start, it gives police oversight only of the illegal industry. We know that trafficking is mainly into the legal brothels. We do also know that one reason for legalisation in this state was that there was a history of police corruption in relation to prostitution. Unfortunately, you can't tidy up prostitution. Everywhere in the world, prostitution is associated overwhelmingly with trafficking, because that's a main supply route into the industry with organised crime, with forms of violence, with very serious harms in the community to the status of women and so on. So you can't tidy the industry up and this amendment bill is just one of tens of amendment bills that have happened to try and deal with little bits of the industry, like they find prostitution happening in strip clubs, so they change the registration, then they find it's difficult to deal with illegal brothels, so they change the legislation and so on. None of this deals with the very serious arms of the industry. Unfortunately, organised crime can make a huge amount of profit from very vulnerable women. They will continue to do that until something like the Swedish model is established.

COCHRANE: Your saying that trafficking is the main supply route for women going into the sex industry in Australia. Do you believe that some women do choose to work in the sex industry by their own accord?

JEFFREYS: When people talk about women choosing to be in the industry, which is extremely abusive to women both physically and mentally, what they're doing is they're blaming women. They're saying that somehow prostitution has always been there, because women somehow have this urge to go out and be prostituted. That is not the case. Men are the demands, they demand the supply, that's the simple rule of economics. So women are got into the industry by various means, by serious poverty and debt, by drug use, by the fact that they've already been in prostitution often in child prostitution in Asian countries and can be easily led and coerced and actually deluded into going to Australia thinking they'll be in a better situation and, of course, it's a much worse situation. So by various means, women will be got into this industry for men's use. Talking about women's choice, actually is a way of saying that the industry's fine and should continue and somehow the buyers and those who make serious profits out of it which is never, never, never the women are somehow not to blame and can be discounted. The industry can be ended like all other forms of violence against women. This should be our aim, so we should be talking about what is the best way and the most effective way to bring an end to the practice, not blaming women who are the victims and the most powerless in this situation for the fact that it continues.

COCHRANE: I do take your point that men are overwhelmingly the buyers of sexual services. In your proposal to make the purchase of sex illegal, what about women who might purchase sexual services, should that also be illegal?

JEFFREYS: Yes, in such legislation, everybody who purchased sexual services would be committing an offence. The women who are prostituted, whoever they're prostituted by would be decriminalised and offered services for exiting the industry. For instance in Korea, women who are being got out of trafficking and out of the industry have 18 months of state support to be able to have all of the services of education and job training and counselling that they need to get out and in fact organisations there are saying it should be three years. Well, there are no such schemes within Australia, because the government which is a....the pimp governments of Australia have this understanding that women need to be provided to men and it's the role of government to supply these women in regulated premises to the men who will abuse them.

COCHRANE: Did I hear you correctly in you referring to the pimp government of Australia?

JEFFREYS: There are pimp governments in the states, presently the Federal government is not responsible for prostitution laws, but I understand that governments that legalise prostitution are pimps in as much as they're arranging the supply of women to men and indeed the European Union, the women's group in the parliament have made this argument that legalising states that do that are pimp governments in pimp states. So it's not my language. It's being used by feminists internationally on this issue.
~~~~~~~~~~

Présentateur : Un groupe appelé la Coalition internationale contre la traite des femmes en Australie affirme que les projets actuels de resserrement des lois de l'État de Victoria ne vont pas assez loin. Ses membres réclament que l’on rende illégal l'achat de services sexuels.

Des reportages effectués la semaine dernière par le réseau ABC (Australian Broadcasting Corporation) et les journaux Fairfax ont décrit certains liens entre les bordels légaux de l’État de Victoria et un nombre restreint de femmes victimes de la traite.

Un projet de loi déposé au Parlement de l’État entend réviser la réglementation de l'industrie du sexe et donner à la police le rôle de surveiller cette industrie, qui incombe actuellement au ministère de la Consommation.
Mais la CATW-Australie affirme que ce projet de loi s’en tient à des modifications «cosmétiques».

Présentateur: Liam Cochrane
Invitée: Professeure Sheila Jeffreys, fondatrice de la Coalition contre la traite des femmes en Australie

SHEILA JEFFREYS: Nous aimerions voir une loi qui irait dans le sens de mettre fin à la violence faite aux femmes qu’est la prostitution. Nous aimerions voir institué, dans l’idéal, ce qu'on appelle le modèle nordique, qui pénalise les acheteurs masculins. Cette formule a beaucoup de succès en Suède, et on l’a adoptée en Norvège et en Islande. Ce qu'elle fait, c’est réduire la traite à presque rien, parce que les trafiquants ne veulent pas amener des femmes dans une conjoncture où il est impossible de fonctionner. Cette approche réduit vraiment de beaucoup la prostitution; la prostitution de rue disparaît à peu près, alors c’est très efficace. Cela permet également que l’opinion publique en vienne à s’opposer à cette activité des hommes, ce qui mènera éventuellement à abolir tout à fait à cette industrie.

Cochrane: Y a-t-il un risque qu'en rendant illégal l'achat de sexe, on puisse refouler la prostitution dans la clandestinité, à plus grande distance de toute forme de réglementation?

SHEILA JEFFREYS: C'est un peu ridicule comme argument, vraiment, parce que partout où l’on a légalisé la prostitution, l'industrie illégale occupe aujourd’hui beaucoup plus de place que le secteur légal. Donc il y a toujours beaucoup plus d’activité dans ce qu’on appelle l'industrie souterraine. De plus, chacun des méfaits de la prostitution, et particulièrement le trafic des femmes, a lieu dans les bordels légaux, alors cet argument n’est tout simplement pas conforme aux faits.

Cochrane: Certains ont contesté l'ampleur de la traite dans l'industrie du sexe en Australie, qu’il s’agisse du secteur légal ou illégal. Quelle ampleur a, selon vous, la traite des personnes aux fins d'exploitation sexuelle en Australie?

SHEILA JEFFREYS: Certains organismes, comme la Scarlet Alliance, affirment qu'il existe très peu de traite. C’est parce qu'ils s’en tiennent à une définition extrêmement étroite, soit la nécessité de preuves évidentes d’une coercition des femmes et d’une violence explicite à leur égard. Ces groupes minimisent l'importance de ce qui se passe. Il existe des cas de coercition et de violence considérables, mais il y a aussi des femmes amenées par la traite dans des situations de servitude pour dettes, des femmes qui savent où on les amène. Par exemple, la Scarlet Alliance affirme que si les femmes savent qu'elles vont aboutir dans la prostitution, ce n'est pas de la traite. Cet argument ne tient pas la route. Si vous regardez les sites web qui annoncent cette forme de prostitution dans leurs bordels de Melbourne, vous verrez des prostitueurs parler des femmes asiatiques qu'ils utilisent. Ces hommes disent eux-mêmes que les femmes ont de la difficulté à s’exprimer en anglais, qu'elles semblent très réticentes. Ils parlent du proxénète coréen qui crie après certaines femmes dans le bordel. Nous savons que ces femmes ne sont pas venues ici de leur plein gré. Elles peuvent avoir su qu'elles allaient vers de la prostitution, mais quelqu'un les a amenées par la traite jusqu’ici et les a placées dans une situation de servitude pour dettes. En d'autres termes, cette personne a payé une petite somme pour leur billet d'avion, puis leur a dit qu’elles lui devaient 40 000 $ ou 50 000 $, une somme à payer en se laissant utiliser comme objet sexuel. Ce stratagème est, selon les Nations Unies, une forme moderne d'esclavage. Donc, elles sont tenues en esclavage dans ces bordels. Ça n'a rien à voir avec le choix, ça n'a rien à voir avec le fait de savoir ou non qu'elles seront dans la prostitution à leur arrivée. Mais minimiser l’existence de la traite est dans l'intérêt des organisations qui prônent le « travail du sexe » et dans l’intérêt des gouvernements des États-proxénètes qui veulent continuer à offrir de la prostitution aux hommes. En fait, la traite est « cachée » bien en vue, sur beaucoup de sites web, dans beaucoup de forums où les acheteurs s’échangent des conseils. L’existence de cette traite est une évidence.

Cochrane: Sheila Jeffreys, vous avez mentionné la Scarlet Alliance, que nous avons invitée à l’émission la semaine dernière. Nous avons parlé à Elena Jeffreys, la présidente de Scarlet Alliance, qui a traité des mesures soumises au Parlement de l’État de Victoria en vue d’accroître les pouvoirs de la police et de resserrer la réglementation dans l'industrie du sexe. Écoutons un peu ce qu'elle avait à nous dire la semaine dernière :

SHEILA JEFFREYS: Nous pensons que c'est une abomination absolue que les groupes qui se qualifient de groupes féministes à Victoria aient soutenu cette proposition. Nous pensons qu’il est terrible que le comité gouvernemental de Victoria ait émis cette conclusion et cette recommandation et que cela fait directement le jeu de la corruption.

Cochrane: Sheila Jeffreys, votre organisation se décrit comme une organisation féministe. C'est une organisation composée entièrement de femmes. Comment réagissez-vous à cette accusation d’une abomination pour un groupe féministe?

SHEILA JEFFREYS: Ce projet d'amendement de la loi concernant le « travail du sexe » présente de très graves problèmes. Pour commencer, il n’accorde à la police que le droit de surveiller l'industrie illégale. Or nous savons que la traite se fait principalement dans les bordels légaux. Nous savons également que l'un des facteurs qui ont conduit à la légalisation dans cet État, c’est un historique de corruption policière en matière de prostitution. Malheureusement, la prostitution est une industrie où un nettoyage de surface ne suffit pas. Partout dans le monde, on voit la prostitution systématiquement associée à la traite. C’est parce que la traite est une des principales voies d'approvisionnement de l'industrie, qui inclut aussi le crime organisé, différentes formes de violence, de très graves préjudices pour la condition des femmes dans la collectivité, et ainsi de suite. Donc, il est impossible de faire un nettoyage superficiel de l’industrie; ce projet d'amendement n’est qu'un parmi des dizaines de projets d’amendement avec lesquels on a tenté de résoudre à la pièce les problèmes associés à l'industrie. Par exemple : on constate qu’il se fait de la prostitution dans les clubs de danseuses, alors on change le permis de ces clubs; puis on découvre qu'il est difficile de résoudre le problème des bordels illégaux, alors on modifie les lois, et ainsi de suite. Mais rien de tout cela n’aborde les très graves préjudices que cause l’industrie elle-même. Malheureusement, le crime organisé peut tirer des profits énormes de l’exploitation de femmes très vulnérables. Et il continuera à le faire jusqu'à ce que l’on mette en place quelque chose comme le modèle suédois.

Cochrane: Vous parlez de la traite comme la principale voie d'approvisionnement en femmes pour l'industrie du sexe en Australie. Croyez-vous que certaines femmes choisissent de travailler dans l'industrie du sexe de leur propre gré?

SHEILA JEFFREYS: Quand des gens parlent de femmes qui choisissent d'être dans l'industrie, un milieu extrêmement violent envers les femmes, tant au plan physique que mental, ce qu'ils font, c'est blâmer les femmes. Ils disent que la prostitution, en quelque sorte, a toujours existé parce que les femmes ont, en quelque sorte, cette envie d’aller dans le monde et de s’y faire prostituer. Ce n'est pas le cas. Les hommes sont la demande; ils exigent d’être approvisionnés par une offre, c'est la règle économique de base. Alors on attire des femmes dans l'industrie par divers moyens – par la grande pauvreté et par des dettes, par le recours aux drogues, par le fait qu'on leur a déjà infligé de la prostitution, notamment la prostitution des enfants dans les pays asiatiques, et qu’il peut être facile de les conduire, de les forcer et même de les tromper à se rendre en Australie. On leur dit qu’elles y trouveront une meilleure situation et, évidemment, ce qu’elles trouvent, c’est une situation bien pire. Donc, des femmes se voient amenées, par divers moyens, dans cette industrie pour l'usage des hommes. Parler de choix des femmes est en réalité une façon détournée de dire que l'industrie est une bonne chose qui devrait continuer. C’est dire que, d’une certaine façon, les acheteurs de sexe et ceux qui en tirent d’énormes profits – qui ne sont jamais, jamais, jamais les femmes – ne sont en quelque sorte pas à blâmer et qu’on peut passer leur rôle sous silence. En fait, il est possible de mettre fin à cette industrie, comme à toutes les autres formes de violence faites aux femmes. Cela devrait être notre objectif, nous devrions parler de ce qui est le meilleur moyen et le moyen le plus efficace pour mettre un terme à cette pratique, au lieu de blâmer implicitement les femmes qui en sont victimes et qui ont le moins de pouvoir dans le fait que cette situation se perpétue.

Cochrane: Je reconnais avec vous que les hommes sont l’immense majorité des acheteurs de services sexuels. Dans votre proposition de rendre illégal l'achat de services sexuels, qu'en est-il des femmes qui pourraient acheter des services sexuels? Cela devrait-il aussi être illégal?

SHEILA JEFFREYS: Oui, dans une telle législation, toute personne achetant des services sexuels commettrait une infraction. Quant aux femmes qui sont prostituées, sans égard à qui les prostitue, elles auraient droit à une dépénalisation et à des services les aidant à quitter l'industrie. Par exemple, en Corée, les femmes à qui l’on permet d’échapper à la traite et à l'industrie obtiennent 18 mois de soutien de l'État pour se prévaloir de tous les services d'éducation, de formation professionnelle et de counselling dont elles ont besoin pour quitter le milieu. En fait, des organisations qui travaillent en première ligne là-bas disent que cette période devrait être de trois ans. S’il n'y a pas de tels régimes en Australie, c’est parce que le gouvernement agit en…  Les gouvernements proxénètes de l'Australie ont cette vision qu’il faut fournir des femmes aux hommes et que c'est le rôle du gouvernement de fournir ces femmes, dans des locaux réglementés, aux hommes qui vont les maltraiter.

Cochrane: (gasp…) Vous ai-je bien entendu faire référence à des gouvernements proxénètes de l'Australie?

SHEILA JEFFREYS: Il y a des gouvernements proxénètes dans les États; à l’heure actuelle, le gouvernement fédéral n'est pas responsable des lois sur la prostitution mais, à mon avis, les gouvernements qui légalisent la prostitution agissent en proxénètes dans la mesure où ils organisent la livraison de femmes aux hommes. D’ailleurs, à l'Union européenne, le groupe des femmes siégeant au Parlement ont avancé cet argument voulant que, dans les États où on légalise la prostitution, les gouvernements qui le font sont des gouvernements proxénètes dans des États proxénètes. Donc, il ne s’agit pas de mon langage personnel : il est utilisé par les féministes à l’échelle internationale dans ce dossier.

Original HERE

Traduction : Martin Dufresne, relue par Michele Briand
Tous droits réservés : Sheila Jeffreys